Advertisements
Advertisements

On entend souvent dire que l’immigration serait la solution miracle à l’actuelle pénurie de main-d’œuvre. Mais on entend également dire que les immigrants seraient confrontés à des défis d’intégration économique importants, entre autres en raison de la non-reconnaissance de leurs diplômes et de leurs expériences de travail hors Québec.

Sachant que la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) permet à tout adulte, immigrant ou non, de faire valider ses acquis scolaires et extrascolaires afin d’obtenir un diplôme officiel, la RAC pourrait-elle aider à surmonter la pénurie ?

Du côté des travailleurs

À cette question, Josée Landry, présidente de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec, répond que « la RAC mène à l’obtention d’un diplôme, pas d’un emploi ! » En plus, selon elle, « il vaut mieux entreprendre la démarche de RAC en visant un emploi qui répond à ses propres aspirations professionnelles, plutôt qu’un emploi qui comble une pénurie de main-d’œuvre ! » Car, on le sait, un employé malheureux au travail risque de démissionner… et de nourrir ainsi le problème de rétention et de pénurie du personnel. « D’où l’importance d’aider les gens à faire un choix de carrière éclairé en favorisant l’accès à des services d’orientation de qualité », souligne Josée Landry.

Du côté des employeurs

« Il serait avantageux d’aider les employeurs à créer des programmes d’intégration à l’emploi qui combinent la RAC et des formations en entreprise, fait valoir Doudou Sow, agent régional d’intégration en entreprise chez Lanaudière Économique. Voilà une belle façon d’attirer et de retenir la main-d’œuvre ! »

Certes, la mise en place de tels programmes requiert de l’argent, tout comme une attitude d’ouverture de la part des employeurs, des syndicats et des ordres professionnels. Mais M. Sow reste convaincu que là se trouve, en partie, la solution à la pénurie.

Source : 24 Heures Emploi Formation-Journal de Montréal 

***La photo qui illustre présentement l’article n’est pas celle qui avait été préalablement choisie par le Journal de Montréal-24 heures Montréal. Elle est une gracieuseté de Pascale Lapointe-Manseau prise dans le cadre de la Journée Congrès des acteurs du développement économique lanaudois tenue au Club de golf Montcalm, le 20 novembre 2018.

Advertisements
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Advertisements

Par Doudou Sow le Lundi 26 Novembre 2018 dans Blogue, COIN DE L’EXPERT, Emplois en région, IMMIGRATION EN RÉGION, Immigrer au Québec, Reconnaissance des acquis, diplômes et compétences, Travailler au Québec. Pas de commentaire


%d bloggers like this: