Advertisements
Advertisements

Communiqués de presse

Deloitte déclare que pour assurer la prospérité future du Canada, nous devons véritablement faire preuve d’inclusion et que nous ne pouvons nous permettre d’attendre

Une nouvelle étude conclut que l’inclusion accroît le rendement des entreprises et qu’elle est essentielle pour mettre à profit l’atout concurrentiel du Canada

Montréal, le 22 novembre 2017 — Les chefs d’entreprise canadiens ont une occasion unique d’accroître le rendement de leurs activités et de stimuler la prospérité du pays si leurs organisations deviennent plus inclusives, selon une nouvelle étude de Deloitte Canada. D’après le cabinet de services professionnels, les entreprises qui ne changent pas leur culture et leurs attitudes maintenant jouent leur survie – et l’avenir de tous ceux et celles qui vivent au Canada.

Dans le rapport intitulé Des apparences aux résultats : bâtir des organisations inclusives, Deloitte confirme que les entreprises inclusives réussissent.

Près de la moitié des organisations inclusives envisagent d’augmenter leurs dépenses en R&D, comparativement à celles qui sont moins inclusives (49 pour cent contre 22 pour cent). Les organisations très inclusives sont plus susceptibles de déclarer une croissance du revenu et de créer des emplois. La presque totalité des entreprises très inclusives sont persuadées d’avoir ce qu’il faut pour surmonter des défis importants, mais moins de la moitié de celles qui sont moins inclusives sont de cet avis (91 pour cent contre 40 pour cent).

Marc Perron, associé directeur au Québec chez Deloitte, insiste sur l’« impératif d’inclusion » au Canada, soulignant que le pays doit faire face à toute une tempête de forces – concurrence mondiale, technologies perturbatrices et importants changements démographiques – qui poussent les entreprises à faire davantage pour maximiser l’influence de leurs gens en milieu de travail.

« En tant que pays, nous avons réalisé des progrès considérables en matière de diversité et d’inclusion, mais ils ne se reflètent pas assez dans nos entreprises, a-t-il déclaré. Nous avons atteint un point critique. Les 25 leaders sectoriels que nous avons interviewés s’entendent sur le fait que nous devons faire plus et que nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. »

L’étude Des apparences aux résultats est publiée au moment où le gouvernement fédéral s’engage à accueillir plus d’immigrants que les années précédentes, mais elle révèle que même si des progrès ont été réalisés pour accroître la diversité au sein des entreprises canadiennes, la véritable inclusion demeure imprécise. Les entreprises canadiennes sont trop nombreuses à se fier à des approches dépassées en matière de diversité et d’inclusion.

« Alors que d’autres pays se referment sur eux-mêmes, les frontières du Canada demeurent ouvertes aux talents et aux compétences du monde entier, a indiqué M. Perron. Je crois qu’il s’agit d’un moment crucial de notre histoire, ainsi que d’une occasion de viser encore plus haut en matière d’inclusion. »

« Les entreprises, grandes et petites, doivent changer de mentalité et s’éloigner de la simple présence de différences dans l’entreprise pour plutôt accepter les différences et les mettre à profit en tant qu’élément rassembleur. Les entreprises inclusives sont des entreprises prospères. Lorsqu’elles réussissent, nous sommes tous gagnants. »

M. Perron a expliqué que son propre cabinet, Deloitte, s’est démené dans le passé pour optimiser la diversité.

« Nous avons eu notre lot de défis et de déceptions, mais nous sommes déterminés; nous apportons tous notre contribution parce que nous croyons que l’inclusion est d’une importance cruciale pour nos gens, pour la réussite de notre Cabinet et pour l’avenir du pays. »

Afin d’aider les entreprises canadiennes à s’améliorer, l’étude mentionne cinq mesures concrètes que peuvent prendre les chefs d’entreprise :

  1. Définir des attentes à l’égard de comportements inclusifs précis des leaders :
    • axer le perfectionnement des leaders sur la personne et sur le parrainage.
  2. Prévenir les contrecoups liés à la diversité :
    • accorder de l’importance à tous les gens.
  3. Donner à la génération Y et aux jeunes travailleurs — la « génération de l’inclusion » — les moyens de préparer l’avenir du travail :
    • comprendre que les membres de la génération Y ont une approche différente à l’égard du travail et apportent de nouvelles idées et solutions.
  4. Veiller à ne pas laisser aux générations futures la responsabilité de résoudre les problèmes actuels liés à la diversité et à l’inclusion :
    • faire preuve d’un esprit critique à l’égard des systèmes actuels de gestion et de perfectionnement des talents; s’assurer qu’ils ne perpétuent pas involontairement des préjugés.
  5. Souscrire pleinement à l’inclusion dans le milieu de travail — et ailleurs :
    • prêcher par l’exemple autant au travail que dans la collectivité.

L’étude comprend par ailleurs des exemples de progrès réalisés par Deloitte.

« Je suis particulièrement fier du fait que cette année, les nouveaux associés admis à notre Cabinet sont représentatifs de notre société et de nos clients. Il nous a fallu du temps pour en arriver là, mais nous avons poursuivi nos efforts sans relâche et il n’est plus possible de revenir en arrière. »

L’étude Des apparences aux résultats : bâtir des organisations inclusives fait partie d’une série de rapports publiés dans le contexte de l’initiative « Le Canada à 175 ans », qui présente le point de vue de Deloitte sur l’avenir du pays. Cette étude est fondée sur le rapport L’avenir appartient aux plus audacieux, publié en septembre 2016, qui a démontré que le courage des entreprises est directement lié à leur réussite.

Le rapport complet et les autres rapports de la série « Le Canada à 175 ans » sont accessibles à www.canada175.ca/fr.

À propos de l’initiative « Le Canada à 175 ans »
Comme le 150e anniversaire de la Confédération approche à grands pas, il est maintenant temps pour le Canada de redéfinir sa notion de leader mondial. Notre ambition en tant que nation doit être plus audacieuse – nous devons non seulement viser la prospérité économique, mais aussi rehausser la qualité de vie de notre population vaste et diversifiée. La vision de Deloitte consiste à faire en sorte qu’au cours des 25 prochaines années, le Canada se positionne parmi les trois pays figurant en tête de l’indice du développement humain. Pour ce faire, nous devons prendre un engagement indéfectible à l’égard de la formation de leaders courageux qui incarnent l’inclusion.

À propos de Deloitte
Deloitte, l’un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers. Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.

Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Veuillez consulter www.deloitte.com/apropos pour une description plus détaillée de DTTL et de ses cabinets membres.

Personne-ressource

Marilyne Plouffe

Marilyne Plouffe

Spécialiste, Relations publiques

À titre de spécialiste au sein de l’équipe nationale des relations publiques de Deloitte, Marilyne offre un soutien francophone aux campagnes d’envergure nationale du Cabinet.

Source : Site Deloitte

Advertisements
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Advertisements

Par Doudou Sow le Lundi 05 Mars 2018 dans Blogue, MENTORAT, Reconnaissance des acquis, diplômes et compétences, Travailler au Québec. Pas de commentaire


%d bloggers like this: